Skip to main content

Le cout de la vie à Madagascar



Il paraît que c'est moins cher à Madagascar

Dans plusieurs conversation sur la comparaison entre Madagascar et l'Europe en général, j'ai entendu que le cout de la vie à Madagascar était inférieur à celui en Europe. Mes calculs personnels indiquent pourtant le contraire. J'ai investigué et suis arrivé à une conclusion, que j'argumente dans ce billet.

Les profils rencontrés à Madagascar

Madagascar est une destination prisée par les entrepreneurs qui souhaitent externaliser de la main d’œuvre (qualifiée ou non) de la France. Ceci parce que c'est un pays francophone et qu'une forte proportion d'étudiants malgaches poursuivent leur études supérieures en France pour « revenir » au pays par la suite.
Compte tenu de ces éléments, on se retrouve avec une population composée de dirigeants d’entreprise d'origine française à la recherche et de la main d’œuvre « pas chère » d'un coté, et de l'autre coté de jeunes diplomés formés en France mais qui revendiquent des salaires en se référant aux fourchettes pratiquées en France. Lors des discussion salariales cette référence est mise à mal par les recruteurs. Dans la majorité des cas l'argument évoqué est l'infériorité du cout de la vie à Madagascar comparé à celui en France. Beaucoup de candidats, à l'usure, se résignent et cèdent tant bien que mal en acceptant de ne plus se référer à leurs critères initiaux mais à d'autres, plus locaux.

Le mode de vie recherché

En regardant pourtant de plus près, un jeune diplomé qui a suivi ses études supérieures en France et qui rentre à Madagascar pour y travailler aspire a un mode de vie précis. Il a vécu durant ses études dans un pays ou Internet n'est pas cher et de bonne qualité, ou on mange du Muesli au petit dejeuner, ou les chaines TV payantes sont nombreuses et à un prix abordable (généralement incluses dans le forfait Internet), ou il est possible de s'acheter le dernier smartphone en payant en 3 fois sans frais, ou un petit véhicule d'occasion citadin n'est pas très cher (ni à l'achat ni à l'entretien) et se dégrade lentement, ou aller à DisneyLand Paris se fait en prenant le train...
Ramenée à Madagascar, cette même façon de consommer qui est somme toute objectivement « normale » pour un diplomé d'études supérieures revient plus cher !
Une connexion Internet du même débit qu'il avait en France et de la même qualité relève des offres « grands comptes » Entreprise, le Muesli est importé et donc plus cher, les bouquets des chaines de satellite sont plus chers, acheter à crédit n'est pas possible (ni même d'avoir un découvert autorisé par la banque), l'achat d'un véhicule (neuf ou d'occasion) inclus le paiement du transport et des taxes d'importation ce qui fait que le même véhicule coute plus cher arrivé à Madagascar, sans compter que le carburant est lui même plus cher, tout comme l'entretien qui revient plus cher à cause de l'état du réseau routier et donc de la dégradation accélérée du véhicule. Summum de la comparaison, pour un travailleur malgache, passer un week-end en famille dans le parc Disney le plus proche (USA ou France ou ailleurs) couterait au moins 20 fois plus cher...
Ma liste n'est pas exhaustive mais relate ce qu'un diplomé de l'enseignement supérieur a envie de pouvoir faire une fois entré dans la vie active. Et en faisant bien ses comptes, cette vie est bien plus chère à Madagascar comparée à ce qu'elle coute en France, à activité égale.
Évidemment, sauf à se contenter de manger du manioc matin midi et soir.

Le point de vue entrepreneur

D'autre part, il faut aussi comprendre qu'un entrepreneur qui décide de délocaliser à Madagascar recherche le cout moindre de la main d'oeuvre. Il n'y a réellement aucun intérêt à délocaliser si financièrement l'opération revient au même. En partant de là, chercher à comparer les grilles salariales est d'emblée exclu.
En plus de devoir couter moins cher, il est aussi indispensable de compenser certains autres inconvénients : l'éloignement et le contexte économique & politique.
Travailler de manière performante avec une équipe « éclatée » sur 12.000km n'est pas facile. Il faut contourner la distance avec des installations qui simulent la proximité. Ceci se fait avec l'acquisition de matériel de visio-conférence, puis avec la location d'une connexion à Internet qui allie quantité et qualité. Ce n'est pas donné à Madagascar.
Enfin, le contexte économique et social à Madagascar est loin d'être rassurant. Courant 2013, le pays s'est retrouvé sans chef d'état, la sécurité publique laisse à désirer,... Rien n'est fait pour rassurer l'investisseur sur la pérennité de son entreprise. Cela conduit à une attitude de recherche de rentabilité rapide pour amortir rapidement dans le but de rentrer dans ses frais avant qu'il ne se passe quelque chose de grave.
Il est tout à fait compréhensible d'exclure des débats salariaux toute comparaison ou référence avec la France.

C'est plus cher à Madagascar

Il est donc évident que les investisseurs viennent à Madagascar pour la cout de la main d'oeuvre et avec la volonté de rentabiliser à court terme. Cela se comprend, se défend et constitue un avantage. Cependant, lors des discussions relatives au salaire, le marteler la fausse idée que la vie coute moins cher à Madagascar est à mon avis une grosse erreur. Cet argument est essentiellement formulé par les chefs d'entreprises et mon idée n'est pas d'enseigner à ces gens comment mener leur bateau. Mais comme je l'ai expliqué, tout est plus cher à Madagascar, à commencer par ce que eux même consomment...

Popular posts from this blog

npm run build base-href

Using NPM to specify base-href When building an Angular application, people usually use "ng" and pass arguments to that invocation. Typically, when wanting to hard code "base-href" in "index.html", one will issue: ng build --base-href='https://ngx.rktmb.org/foo' I used to build my angular apps through Bamboo or Jenkins and they have a "npm" plugin. I got the habit to build the application with "npm run build" before deploying it. But the development team once asked me to set the "--base-href='https://ngx.rktmb.org/foo'" parameter. npm run build --base-href='https://ngx.rktmb.org/foo did not set the base href in indext.html After looking for a while, I found https://github.com/angular/angular-cli/issues/13560 where it says: You need to use −− to pass arguments to npm scripts. This did the job! The command to issue is then: npm run build -- --base-href='https://ngx.rktmb.org/foo&

dockerfile multiline to file

Outputing a multiline string from Dockerfile I motsly use a Dockerfile by sourcing from a base ditribution: CentOS or Debian. But I also have a local mirror and would like to use it for packages installation. Espacially on CentOS it is about many lines to write to the /etc/yum.repos.d/CentOS-Base.repo file. Easiest way: one RUN per line The first method that comes in mind is to issue one RUN per line to write. Here you are: RUN echo "[base] " > /etc/yum.repos.d/CentOS-Base.repo RUN echo "name=CentOS-$releasever - Base " >> /etc/yum.repos.d/CentOS-Base.repo RUN echo "baseurl=ftp://packages-infra.mg.rktmb.org/pub/centos/7/base-reposync-7 " >> /etc/yum.repos.d/CentOS-Base.repo RUN echo "gpgcheck=0 &quo

Emacs TypeScript Development

Emacs Configuration for Typescript In order to comfortably develop on Node, React or Angular projects with Emacs, TIDE is a good solution. We have TypeScript code highlight (that is the minimum!) and code completion based on the codebase (not only on locally defined and builtins) In order to achieve that: Install Emacs (24+) Install Node Install Typescript (which will provide "tsserver") Install TIDE and some usefull dependencies Configure Emacs to use all those Node is then installed in " /home/mihamina/Apps/node-v12.18.0-linux-x64/bin ": you should add it to your PATH. Installing Typescript is done with: npm install --save typescript @types/browserify After that, "tsserver" will be in " /home/mihamina/node_modules/.bin " Then comes the installation of TIDE: With the Emacs package manager, M-x package-install , install "tide". Do the same for "web-mode", "flycheck", "company" "js2-mode" and "